Page 15 - Extrait

Basic HTML Version

Campagnes électorales
16
une formation en marketing et communication politique, en stratégie et organisation
des campagnes par exemple. Ils n’ont pas tous accès aux conseils de spécialistes pour
combler d’éventuels manques. Ce manuel a été écrit dans l’objectif de favoriser l’équité
entre les candidats dans leur compétition pour l’accès aux postes d’élus.
4.
Rappels historiques
Le marketing politique, aujourd’hui largement répandu, s’est développé au début
des années 1950, sur le continent nord-américain. Dès cette époque, les principales
lignes directrices de cette discipline sont présentes. Le marketing politique et électoral
prend de l’ampleur
2
à l’occasion d’un scrutin décisif dans le régime politique américain
contemporain, les élections présidentielles.
En 1952, le président Truman, démocrate, achève son secondmandat à la tête des États-
Unis, la constitution lui interdisant de se représenter. Les républicains, écartés de la
Maison-Blanche depuis 1932, choisissent d’innover afin d’inverser cette tendance. Les
membres de ce parti politique font appel au cabinet de relations publiques B. B. D. O.
(Batten, Barton, Durstine et Osborne) ainsi qu’à T.R. Reeves, spécialiste de la publicité
audiovisuelle, travaillant ordinairement à l’agence Ted Bates.
Le succès électoral de leur candidat, Dwight Eisenhower, est considéré comme celui des
agences de publicité new-yorkaises sur Madison Avenue. Élément-clé, le pays compte
déjà 18 millions de postes de télévision, contre 500 000 lors de l’échéance précédente,
en 1948. Dès cette époque, des critiques sur les techniques de vente indifférenciées
apparaissent : un président ou une lessive bénéficient des bienfaits d’un même savoir-
faire. Le débat est résumé : c’est la « malédiction de la savonnette »
3
.
2
Pour en savoir plus, Serge Albouy,
Marketing et communication politique
, L’Harmattan, 1994.
3
Michel Le Séac’h,
L’État marketing : comment vendre des idées et des hommes politiques
, Alain Moreau, 1981.