Page 59 - Extrait

Basic HTML Version

CHAPITRE 7
ANNEXES
612
Campagnes électorales
A. Les facteurs clés liés à la communication
Connaître les électeurs
 : leur profil,
leurs besoins et leurs attentes, leur
vision du candidat et des adversaires ;
tous ces éléments permettent de se
positionnent de manière à acquérir
leur soutien.
Simplifier les messages
 : lorsqu’ils
sont clairs, courts et compréhensibles,
ils sont mieux compris et mémorisés
par les cibles.
Répéter
les
messages
en
utilisant toutes les opportunités de
communication disponibles
 : ils sont
ainsi mieux perçus et retenus par
l’audience.
Centrer la communication sur les
raisons pour lesquelles les électeurs
devraient choisir le candidat
 :
l’objectif est de donner une raison,
rationnelle ou émotionnelle, de voter
pour le candidat au détriment de ses
adversaires.
Créer un maximum de contacts
répétés, directs et personnels avec les
électeurs
 : le candidat construit une
relation de qualité et maximise ses
chances de convaincre et de mobiliser
l’électorat en sa faveur.
Cibler les électeurs pouvant être
convaincus
 : à ressources égales,
le résultat est supérieur à celui
d’adversaires qui ne ciblent pas les
électeurs susceptibles de répondre
favorablement à leur communication.
Identifier et convaincre les
prescripteurs d’opinion influents sur
l’électorat cible du candidat
 : leurs
messages s’avèrent plus efficaces
qu’une communication directe de
l’homme politique.
Tester et améliorer les actions
de
communication
envisagées
avant toute mise en œuvre
 : cette
démarche préalable, effectuée sur un
échantillon représentatif des cibles,
permet d’améliorer les opérations
qui seront menées et d’accroître les
résultats obtenus.
Optimiser toutes les approches
en termes de communication grâce
aux théories sociales et cognitives
 :
les actions sont ainsi plus efficaces, à
ressources égales.
Intégrer la dimension émotionnelle
dans la communication
 : il est plus
facile d’attirer le soutien des électeurs
médians, qui ne s’intéressent pas à
la politique, par les aspects affectifs
plutôt que rationnels.